• Le 03 décembre 2020
    Campus de La Roche-sur-Yon
    IUT LA ROCHE SUR YON - Amphi B - Bâtiment G
    18h30
    Gratuit pour les étudiants dont les adhérents à l'UP
    5 € tout public
    Pas de réservation, billetterie sur place
    false false

Au cours des quatre dernières décennies les technologies qui permettent d’analyser et de manipuler l’ADN ont permis des avancées majeures dans la connaissance des gènes, des génomes, de l’évolution et de la biodiversité. Elles ont aussi permis la création d’organismes génétiquement modifiés (OGM) en vue d’applications principalement thérapeutiques ou agronomiques.
Les plantes de grande culture génétiquement modifiées, continuent à susciter en Europe un important débat de société. Or d’autres OGM, des microorganismes en particulier, mais aussi des animaux transgéniques, ont, depuis le début des années 1980, montré leur utilité pour la recherche fondamentale et la médecine. Il ne s’agit donc pas de diaboliser les OGM en tant que tels mais de considérer, dans une approche qui se veut si possible plus rationnelle et plus sereine, ce que l’on peut espérer ou redouter des biotechnologies et du génie génétique pour notre société. Dans ce contexte, la situation des plantes génétiquement modifiées ainsi que les problèmes d’évaluation des risques alimentaires ou environnementaux qui leurs sont attribués sera plus spécifiquement examinée. 

Jean-Noël Hallet 

IL est professeur retraité des universités. Biologiste végétal et Microbiologiste, il a d’abord été enseignant-chercheur à l'université Pierre et Marie Curie (Paris VI) puis à l'université de Nantes où il fut nommé professeur en 1978, il y a dirigé pendant de nombreuses années une unité de recherche en biotechnologie.
Il a également créé et dirigé une formation de niveau Master dans le domaine de l'agro-alimentaire.
Présidant actuellement le comité de rédaction d'une revue régionale de vulgarisation scientifique "Têtes chercheuses" Jean Noël-HALLET est Professeur émérite à l’Université de Nantes.